Quand les mauvaises habitudes rendent malade

Les maladies chroniques ont beaucoup de facteurs de risque comportementaux et psychologiques communs, dont le tabagisme, la mauvaise alimentation, l’inactivité physique, la sédentarité, la surconsommation d’alcool et le stress. Extrêmement répandues à l’échelle planétaire, les maladies chroniques sont des affections de longue durée qui évoluent avec le temps. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elles sont responsables du plus haut taux de mortalité dans le monde. >>> via Le Devoir – 8 avril 2017

In denial: Why do we often ignore medical symptoms, when we know better?

Ignoring symptoms of a disease with a high mortality rate is a surprisingly common phenomenon, says Dr. Kim Lavoie. “People will cognitively avoid things they don’t want to be real; it’s a natural defense mechanism,” she says. Studies have shown the different ways it manifests – from using humour, to outright refusal to acknowledge that an illness might exist. >>> via Chatelaine – January 16, 2017

Apprivoiser sa maladie, avec Kim Lavoie

Facteur de stress considérable, la maladie chronique peut avoir plus d’impact sur l’état psychologique du patient que sur sa santé physique. Scientifique du Centre de recherche de l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, Kim Lavoie connaît les facteurs de risques et les moyens d’éviter la dépression chronique. Écouter le fil audio. >>> via Radio-Canada.ca – 3 avril 2016